Publication de l’étude sur le Taux d’Echec du Processus d’Embauche 2017

Mozart Consulting vient de publier son benchmark sectoriel du Taux d’Echec du Processus d’Embauche 2017 (TEPE 2017©) portant sur l’expérience salarié en phase de recrutement, intégration et  fidélisation.

18,2% des recrutements en CDI ne sont pas confirmés à l’issue de la période d’essai.

C’est le principal enseignement de l’étude qui révèle également que 2 fois sur 3, c’est le salarié qui décide de mettre fin à cette période.

Le processus de recrutement est globalement défaillant, il interroge les professionnels des ressources humaines et les cabinet de conseil en recrutement sur un état d’esprit bousculé par l’urgence et des décisions parfois hâtives.

Que faut-il penser des méthodes de recrutement, souvent synonymes de parcours du combattant pour le candidat ?

Les entreprises s’épuisent à recruter pour ne pas garder leurs candidats, pensant à tort que cette courte période d’essai ne représente pas un coût important. C’est vite oublier les coûts cachés qui sont du même ordre, voire d’avantage : le TEPE représente sur la base du salaire médian, 50 à 100k€ par échec sans compter la démobilisation tacite du reste des salariés en poste, l’impact sur le retard des projets engagés, les temps de formation…

Le processus de recrutement moyen non abouti représente à lui seul, 4,31% de la masse salariale avec des délais d’exécution pouvant atteindre une année.

Des disparités au niveau des macro-secteurs

Au global, 18,2% des embauches ne sont pas confirmés à l’issue de la période d’essai, c’est mieux que le TEPE de l’année dernière qui émargeait à 18,9% . Mais il existe des disparités selon les secteurs

Du côté de l’industrie, 11,8% des embauches en CDI ne sont pas confirmées, le TEPE s’est aggravé en augmentant de 4,4% par rapport à la précédente édition

 

Dans le macrosecteur de la Construction, 17,9% des embauches ne sont pas confirmées, Le TEPE a connu une très forte augmentation en progressant de 27%

 

Le secteur Tertiaire est le plus touché par l’échec du processus d’embauche, 19,5% des embauches ne sont pas confirmés

Au niveau des secteurs, les disparités sont davantage marquées

Le secteur Energie/Environnement est celui qui maitrise le mieux ses recrutements avec un TEPE de 6,9%.

Le secteur Banque/Assurance se porte bien avec 11,7% des recrutements qui ne sont pas confirmés à l’issue de la période d’essai.

Les services à la personne ont un TEPE de 12,7%, un taux correct au regard des besoins en recrutement de ce secteur

 

Pour le secteur de l’Information/communication, le TEPE atteint 13,8%

 

Pour les entreprises du secteur numérique, 14,1% des embauches ne sont pas confirmées à l’issue de la période d’essai, taux honorable pour l’un des secteurs qui embauche le plus actuellement.

 

Le secteur du transport/logistique a un TEPE de 16,4%

 

Le secteur des services aux entreprises, où les mouvements de main d’œuvre sont forts, a un TEPE de 19,5%

Pour les entreprises du secteur du commerce non-alimentaire 21,3% des embauches ne sont pas confirmées à l’issue de la période d’essai

La filière agroalimentaire est celle qui maitrise le moins ses recrutements où plus d’un recrutement sur  n’est pas confirmé à l’issue de la période d’essai

Des disparités selon la taille d’entreprise également

L’enseignement de cette étude au niveau de la taille d’entreprise, c’est que plus la taille de l’entreprise augmente, plus les recrutements sont maitrisés

 

 

Pour obtenir davantage d’informations sur l’étude du taux d’échec du processus d’embauche, n’hésitez pas à nous contacter

Laisser un commentaire