Banque de France: Introduction de la RSE dans la cotation des entreprises

Article publié le 3 mai 2016 sur le site MR21.org, par Patrick d’Humières

Alors que les entreprises du CAC 40 commençaient à intégrer des critères sociaux, sociétaux et environnementaux dans la rémunération de leurs dirigeants (65% des entreprises du CAC 40), la Banque de France vient d’annoncer qu’elle allait intégrer une dimension RSE qualitative à sa cotation risque des entreprises.

C’est un travail colossal, puisque plus de 250 000 entreprises sont concernées et que la loi Grenelle 2 article 225 évoque 42 critères de RSE (19 critères sociaux, 14 critères environnementaux et 9 critères sociétaux). le calcul fait déjà mal à la tête…

Comment la Banque de France va t’elle procéder ?

C’est très simple, “au travers de questions simples que les petites entreprises pourront renseigner aisément et leurs experts pourront certifier sans trop de recherches, en s’appuyant au maximum sur la comptabilité, financière et extra-financière” répond la Banque de France.

Certains experts RSE s’interrogent déjà sur la fiabilité de ce dispositif, uniquement basé sur du déclaratif et sur une vérification qui apparait déjà difficile au vue du nombre d’informations à analyser. Comment intégrer une dimension qualitative à la cotation d’une entreprise qui est pour l’instant purement financière et basée sur des indicateurs chiffrés ?

De plus les entreprises ne sont pas touchées par la RSE de la même façon, une entreprise du secteur tertiaire n’est pas touchée autant qu’une entreprise industrielle par les aspects environnementaux de la RSE.

Affaire à suivre….

Laisser un commentaire