Bien-Être au Travail, l’erreur de com….

Bien être au travailler, arrêtons de tout mélanger

C’est le sujet à la mode ces dernières années et ce depuis la loi Rebsamen qui pousse les entreprises à négocier un accord Qualité de Vie au Travail (pour les entreprises de + de 50 salariés) au sein de leurs organisations. Les médias se bousculent pour avoir leur article qui traite du bien-être des salariés, mais dans la majeure partie des cas, ils passent à côté de l’essentiel. Ne faites pas la même erreur.

Quand on parle “bien-être au travail” les médias pensent à tort qu’il s’agit des entreprises qui se mobilisent pour que leurs salariés vivent mieux au travail. Les organisations ne sont en rien des entreprises à but non lucratif et les entreprises n’investissent pas dans  l’expérience salarié pour être sympathique.

Investir pour améliorer la vie des employés au travail ne répond qu’à un enjeu business.

En effet, le bien-être en entreprise, ce n’est pas mettre en place des séances de yoga ou faire une décoration sympa, c’est encore moins créer un poste de “Chief Happy Officer” ou faire des corbeille de paniers de fruit pour s’assurer que les salariés mangent des produits frais.

Alors, c’est quoi le Bien-Être en Entreprise ?

Le Bien-Être en entreprise ne peut arriver sans des relations saines entre les collaborateurs mais aussi par un environnement serein; il n’est possible que dans un climat de confiance. La position managériale est donc une position clé.

Qu’est ce qui contribue au Bien-Être au Travail ?

Tout d’abord de la considération et du suivi: votre manager doit vous donner votre fiche de poste et ce que vous avez à faire. Vous avez besoin d’un feedback sur vos actions ainsi qu’une évaluation mais autre que dans le sens de l’évaluation annuelle (car elle cristallise les angoisses du manager et du collaborateur). Votre manager doit veiller à vous accompagner dans l’entreprise en vous proposant des formations et vous guider dans les prochaines étapes de votre parcours.

Le partage du Sens, il faut définir un cap et partager la raison d’être de l’Entreprise

La liberté de parole: un salarié doit pouvoir s’exprimer de façon libre et doit pouvoir donner son avis en cas de désaccord avec son manager.

Pour le manager, il ne doit pas faire d’injonctions paradoxales, par exemple il ne peut pas dire à son salarié d’être d’avantage force de proposition si vous lui demander de faire valider ses idées par 4 de ses supérieurs.

Laisser son salarié prendre des initiatives, l’autonomie est en effet importante, le manager doit avoir un rôle de coach.

Automatiser les tâches répétitives, la gestion quotidienne RH doit être facilitée afin que les salariés de perdent pas trop de temps à faire une demande de congé, saisir ses frais professionnels…

Le bien-être au travail n’est donc pas mettre en place les activités du “Club Med” mais donner aux salariés la possibilité de donner le meilleur d’eux mêmes, de la manière la plus confortable possible tout en s’épanouissant.

Les enjeux du  Bien-être au Travail

Ils sont nombreux, mais l’enjeu principal, c’est de gagner en créativité, en visibilité, en agilité dans un monte en mutation permanente.

Vos salariés épanouis se transformeront rapidement en employés “fidèles”, de recruter de façon pérenne en améliorant l’image employeur, car des salariés fidèles et épanouis sont les ambassadeurs de votre marque employeur.

Des salariés épanouis et fidèles sont aussi des salariés plus motivés

 

 

 

Laisser un commentaire