Etre écouté par son manager

Etre écouté par son manager

(Suite de l’article sur Les 4 être & avoir d’un management efficace)

Pour trouver l’équilibre entre demande du poste et latitude décisionnelle, Anne-Françoise Bender, Docteur en Sciences de Gestion, Université Paris Sorbonne & Maître de conférences en Sciences de Gestion, CNAM Paris, suggère au manager de veiller à deux éléments phares : doser les contraintes et trouver le style de management adéquat.

Doser les contraintes

Une des solutions pour diminuer ce sentiment d’étouffement sous le poids des règles obligatoires consiste pour l’employeur à choisir les bons indicateurs « Si le contrôle est omniprésent, les gens vont agir essentiellement en fonction des indicateurs et ne plus s’impliquer dans leur « travail ». 

Outre les recruteurs, les commerciaux de l’agence d’Intérim vivaient une situation difficile. Une nouvelle hiérarchie commerciale avait mis en place une forte augmentation de leurs objectifs commerciaux et un abaissement de leur niveau d’autonomie et de reconnaissance. Ainsi, les attachés commerciaux ne participaient plus à la réunion téléphonique du lundi. Désormais, seuls y étaient conviés la direction & les managers, « sans doute pour de bonnes raisons », tempère Anne-Françoise Bender.

Néanmoins ce changement fut perçu par ces professionnels de la vente comme un manque de reconnaissance, d’autant que cette reconnaissance ne se manifestait pas, à leurs yeux, par un salaire suffisant.

L’enjeu de la reconnaissance des efforts

Bien que devant atteindre des objectifs de plus en plus exigeants, ces commerciaux souffraient aussi d’un manque de reconnaissance liés à leur salaire en deçà de leurs attentes. Anne-Françoise Bender met alors en lumière le modèle de Siegrist sur la reconnaissance : il évalue l’équilibre entre les efforts consentis et le niveau de récompenses.

MODELE SIEGRIST

Malgré cela, les jeunes commerciaux étaient jusqu’à présent restés fidèles à l’entreprise grâce à la relation de confiance entretenue avec leur manager (« Le manager convivial va arriver à faire passer ce contrôle, dans une certaine mesure»), mais cela ne suffirait pas dans le nouveau contexte d’accroissement des objectifs et  de perte de reconnaissance mis en place par la nouvelle Direction.

Parler de son travail

Pour maintenir une implication au travail, les managers misaient sur la reconnaissance non financière. Elle peut s’exprimer par le fait de permettre aux salariés d’échanger, de communiquer, d’exprimer leur opinion & leur avis. Anne-Françoise Bender fait référence à Yves Clot, auteur du livre « le travail peut-il devenir supportable ? ».  Enseignant au CNAM, chaire psychologie du travail, il souligne l’importance de parler de son travail, de résoudre ensemble les problèmes afin d’éviter d’être uniquement en relation de prescription. Le manager peut également organiser des séances de diagnostic collectif du travail pour libérer la parole comme le pratiquent certaines entreprises médiatisées pour leur qualité de vie au travail et leur chiffre d’affaire en hausse : Poult, Gore, Bichot Enerxia.

Pour réagir sur notre forum cliquez ici

Laisser un commentaire