L’ entreprise libérée : égalitaire, mais pas solidaire !

L’entreprise libérée, l’entreprise sans managers, l’entreprise où les employés s’autogèrent, est un modèle d’organisation, qui comme tout modèle d’organisation qui s’impose, nie la différence, nie que tout le monde n’est pas armé pareil, mais qui est sûrement le modèle d’organisation le plus égalitaire! A un tel point que le perdu n’a pas sa place, car tout le monde est maître de lui-même, mais personne de l’autre ! Besoin de directives ? Besoin de conseils ? Débrouille-toi ! Non, l’entreprise libérée n’est pas solidaire !

L’entreprise libérée se veut démocratique, mais elle est anarchiste. Pour certains, c’est le paradis, pour d’autres, c’est l’enfer. Pour les managers, c’est remettre en question leur légitimité – mais quand on s’est seulement contenter de sa position pour être légitime, alors peut-être que l’on ne l’est pas? -, pour les employés infantilisés et déresponsabilisés, c’est un père qui abandonne ses enfants.

L’entreprise libérée se veut progressiste, mais elle est juste une évolution, une mode qui passera comme toujours. On reviendra à la pyramidale, à la monarchiste, le temps d’oublier pourquoi on l’a mise de côté ! Car l’homme est avant tout un indécis, la seule espèce sociale qui n’est pas d’accord sur son mode de gouvernance.

L’entreprise libérée est faite pour les chats solitaires ! Mais l’être humain, indépendamment de son milieu social ou de son éducation, tend parfois à être une fourmi avec sa reine, parfois il tend à être un veau dans son troupeau et parfois il souhaite être un chat solitaire qui aime être caresser de temps en temps…..mais il est dans tous les cas fait pour vivre avec ses pairs : télétraquoi? Télétravail ? Faudrait pas en abuser!

Mais, si l’entreprise libérée fait de nombreux malheureux (managers inutiles et employés perdus), elle fait aussi beaucoup d’heureux. En fait peut-être qu’il faudrait deux types d’organisations dans une même organisation pour que tout le monde soit heureux. Certains choisiraient d’être managés, d’autres d’être libérés ? Accepter la différence, c’est accepter de ne pas manger les mêmes choses à la même table! Alors pourquoi on se priverait de faire des menus différents dans une même entreprise! Certes, on ne serait pas loger à la même enseigne, mais ce serait par choix ! Liberté : égalité ou « solidarité »? Car oui, la pyramidale est-elle plus « solidaire » que la libérée? Le paternaliste a souvent oublié d’être maternelle!

L’entreprise libérée, si elle veut s’imposer comme modèle, va devoir comprendre que les managers ont leur place chez elle, car même si, on l’a bien compris, elle n’a pas de problème pour laisser les mains libres, elle a oublié que des générations ont été formé à donner la main, et que, dans tous les cas, il faut bien former les nouveaux venus! De même, il ne faudrait pas qu’elle demande un sur-engagement des employés pour pas chère et finalement être un désengagement des entreprises dans l’affaire sociale. Aussi, dans nos sociétés de célibataires individualistes, on a plutôt besoin de recréer le lien social que de continuer ainsi et elle va devoir faire attention à ne pas confondre liberté et déresponsabilisation. Bref, l’entreprise libérée ne doit pas devenir un extrême de plus d’un libéralisme sans éthique.

Pour discuter de l’entreprise libérée sur notre forum, cliquer ici!

Laisser un commentaire