L’addiction au travail : workaquoi?!

L’addiction au travail : workaquoi?!

Le workaholisme (« work/alcoholic ») désigne l’addiction au travail. C’est un terme qui nous vient de Waynes Oates (1968), un psychologue américain, qui a envisagé l’addiction au travail par analogie à l’alcoolisme.

Selon Michel Lejoyeux, psychiatre et addictologue, interrogé dans l’article « Addiction au travail : ces signes qu’il ne faut pas prendre à la légère » publié le 11 octobre 2015 sur challenges.fr, l’addiction au travail n’est diagnostiquée, dans la plupart des cas, qu’ au stade tardif des complications (dépression, burn-out…). L’éventail des symptômes est très large (migraine, insomnie, fatigue intense…..) et est très variable d’une personne à l’autre, mais le fondement est que le travail devient un objet obsessionnel. Parmi les workaholics, différents profils types ressortent : ainsi on peut avoir le « perfectionniste » qui met du temps avant de se lancer dans la tâche, ou encore le « gourmet » qui travaille par à-coups.

Concernant les causes, les explications sont nombreuses, et on peut sûrement en construire autant qu’il y a de cas : on se réfugie dans le travail pour fuir ses problèmes, mais la planque  se transforme en cellule, un manager qui se prend pour un mac, un consciencieux inconscient….Néanmoins, il faut souligner que nos sociétés encouragent cette addiction. Ne nous dit-on pas, et ce dès notre plus jeune âge, qu’il faut travailler ? Le travail n’est-il pas un peu trop au centre de nos sociétés ? Imaginer si tout petit, on nous rabâchait tout le temps : il faut fumer! On ne pourrait plus respirer ! On peut rajouter à cela, que l’évolution des technologies n’est pas forcément un progrès pour les workaholics, puisque ce nouveau monde du travail hyperconnecté n’aide pas à s’en détacher.

Alors, vous, entreprises! Soyez vigilantes, car ne pas faire attention à l’addiction au travail, voire même l’encourager, est un faux calcul. En effet, combien coûte les dépressions et les burn-out ? Et vous, salariés, apprenez à ne pas confondre qualité et quantité ! Alors n’oubliez pas, le travail, un peu, beaucoup, mais pas à la folie !

Pour réagir sur notre forum, cliquer ici

Laisser un commentaire