Comment mesurer l’image employer en seulement 20 réponses ?

Article publié sur le site “Les Echos Business” par Marie-Sophie Ramspacher le 7 décembre 2016 et qui s’intitule “Classement 2017 des meilleurs employeurs français”

Le classement “Glassdoor des Best Place to Work 2016 France”

Chaque année, on prend les mêmes et on recommence. Le classement “Best Place To Work” vient d’être publié avec comme d’habitude peu de changement.

Sur le podium, on retrouve à la première place Microsoft(+1 place par rapport à 2015), Leroy Merlin arrive en deuxième place (4ème en 2015) et sur la troisième marche, on retrouve Décathlon (7ème en 2015).

Le top dix du classement voit l’arrivée de 6 nouvelles entreprises: Total, Dassault Systèmes, Général Electric, Crédit Agricole, Danone et l’Oréal…

Dans les appréciations livrées par les employés quant à leur cadre de travail, on note que deux facteurs reviennent sans cesse. Il s’agit donc des plus importants aux yeux des salariés: la rémunération et ses annexes (intéressement, participation, bonus…) et les perspectives d’évolution de carrière (mobilité, promotion, développement des compétences…)

Très peu de réponses sur la qualité du management (1 chez Schneider Electric), les conditions sociales (1 chez Thalès)

A noter que les principaux contributeurs sont la génération “des Millenials”, ils accordent beaucoup d’importance aux avantages accordés par leurs entreprises (les commodités de travail)

Ainsi, les salariés de Microsoft décrivent leur entreprise comme un lieu moderne, doté d’une conciergerie, d’un vrai chef cuisinier, d’une salle de sport avec des coachs…

Point méthodologique important, ce classement est établi à partir de 20 réponses à minima. Lorsque l’on connait l’effectif France des entreprises de ce classement, nous sommes en droit de s’interroger sur la pertinence de ce modèle. De plus comment peut on établir une mesure avec des éléments déclaratifs provenant des salariés…

La remise en cause des modèles de sondage et de classement depuis le Brexit, la primaire de la Droite, l’éléction de Trump pousse les entreprises à se tourner vers des instruments de mesure quantitatifs pour déterminer l’état d’esprit de leurs salariés…

Mais comment se passer d’atouts marketings si puissant à l’heure où la rétention des talents et les tensions sur le marché du travail sont si importants…

Le classement général 2016 est le suivant:

  1. Microsoft
  2. Leroy Merlin
  3. Décathlon
  4. Airbus Group
  5. Total
  6. Dassault Systèmes
  7. Général Electrics
  8. crédit Agricole
  9. Danone
  10. L’Oréal
  11. Orange
  12. Ernst & Young
  13. Sanofi-Aventis
  14. EDF
  15. Saint Gobain
  16. Thales
  17. Natixis
  18. Schneider Electric
  19. Renault
  20. BNP Paribas
  21. Société Générale
  22. Air France
  23. Carrefour
  24. IBM
  25. Bouygues Telecom

 

Laisser un commentaire