Multiplication des affections psychiques

burn out

Les affections psychiques se multiplient dans les entreprises françaises

article publié sur le site lesechos.fr par solveig godeluck le 16/01/2018 et qui s’intitule “les affections psychiques se multiplient dans les entreprises”

L’assurance-maladie vient de publier un nouveau rapport sur l’ampleur des risques psychosociaux qui nous éclaire sur les profils les plus touchés par le phénomène: les femmes, de catégorie socioprofessionnel “employés” travaillant dans le secteur médico-social, les transports de voyageurs ou le commerce de détail.

Sur les 626 000 accidents avec arrêt recensés en 2016, 10 000 concernent des “troubles psychosociaux” pour une dépense annuelle de 230 millions d’euros. C’est relativement peu, en comparaison du miliard d’euros de dépenses pour les lombalgies ou encore les 800 millions destinés à la curation des troubles musculo-squelettiques…

Ce chiffre de 10000 apparait cependant comme sous-évalué, la réalité étant plus proche des 20000 selon l’assurance maladie. Alors que la sinistralité est en diminution, la part des affections psychiques dans l’ensemble des accidents du travail est en progression passant de 1% en 2011 à 1,6% en 2016.

On assiste à une mutation des risques: le poste de travail d’un ouvrier à l’usine est de plus en plus sûr alors que les conditions de travail dans les services se tendent.

Des inégalités selon les CSP

Au regard de l’étude, la catégorie socioprofessionnelle la plus touchée reste les “employés” avec 85 cas d’affections psychiques sur 100000 personnes. Le classement se poursuit avec les ouvriers qualifiés (60 cas) puis les ouvriers non-qualifiés (40 cas). Les CSP les moins touchées sont les cadres, technicien et agents de maîtrise avec 20 cas.

Toutefois, cette population avertie est aussi celle chez qui les affections psychiques prennent le plus d’importance: près de 2,5% du total des accidents du travail.

Le genre et l’âge influent également

L’étude nous montre également que la fréquence des troubles est plus forte chez les hommes quadragénaires et les femmes trentenaires.

et selon les secteurs économiques

Le secteur médico-social est le plus touché par les troubles psychiques avec plus de 18% des troubles à lui seul. En effet le personnel soignant confronté chaque jour à la maladie et la mort se sent dépourvus pour mener à bien leur mission.

Viennent ensuite les transports (15% des cas) et le commerce de détail (13%), puis les activités de courriers (5%), c’est d’ailleurs dans ce secteur que la fréquence des troubles est la plus forte

Le nombre de demandes de reconnaissance en maladie professionnelle a d’ailleurs quintuplé en 5 ans passant de 200 en 2012 à 1100 en 2016

pour télécharger le rapport de l’Assurance Maladie, cliquez ici

Laisser un commentaire