RSE, QVT, PVE: Qui fait quoi? Quoi fait qui?

Selon un sondage, “le baromètre RSE 2015”, réalisé conjointement par les sociétés Mindded, Ekodev, Des Enjeux & Des Hommes et ViaVoice et portant sur la perception de la Responsabilité Sociale des Entreprises (RSE), sur 1001 salariés français interrogés, 73% pensent que s’engager dans la RSE a une incidence positive sur la performance.

Néanmoins, si 78% des salariés souhaiteraient que la responsabilité sociale occupe une place importante dans l’entreprise, il n’y a que 43% des travailleurs qui estiment que leur entreprise se préoccupe réellement de ce sujet.

Enfin, concernant ce sondage, selon les salariés interrogés, la thématique qu’ils aimerait voir se développer le plus dans leur entreprise est celle des conditions de travail et des relations dans l’entreprise, ce qui renvoie à la responsabilité sociale interne et qui concerne donc, par définition, la Qualité de Vie au Travail (QVT).

Alors, qu’attendez-vous, vous les entreprises,  pour vous engager dans une démarche de responsabilité sociale? Les salariés, eux, sont prêt et ne demandent que cela! Avez-vous peur ? Mais peur de quoi ? De perdurer dans le temps!? De vous engager dans l’avenir!? Mais peut être est-ce la peur de réveiller les consciences? Mais, pourtant n’oubliez pas que les salariés ont le droit de profiter autant de l’entreprise que l’entreprise profite d’eux! C’est la loi du gagnant-gagnant la plus forte! Où peut-être que tout cela ne se résume qu’à de la comm’ pour vous et que RSE, QVT, PVE sont des fourre-touts qui n’ont de sens que pour ceux qui essayent de vous les vendre?

Et pourtant, la qualité de vie au travail est un terrain dans lequel il faut investir si une entreprise veut renforcer l’engagement de ses salariés, et par incidence, sa performance.

Et pour commencer à améliorer la qualité de vie au travail, Didier Pezant (dans son article paru sur LesEchos.fr le 26 octobre 2015) propose de débuter par la Proposition de Valeur Employés (PVE) qui représente toutes les propositions que l’entreprise peut faire à ses salariés (accord sur la durée de travail, charte sur l’équilibre temps de travail et parentalité, plan épargne entreprise…)

De même, pour renforcer la qualité de vie au travail, une entreprise ouverte à la diversité, une entreprise où les femmes et les hommes sont égaux, une entreprise ouverte à l’handicap, ce n’est pas un handicap, bien au contraire.  Une entreprise avec des valeurs humaines fortes en somme, c’est une entreprise attrayante pour les employés qui sont alors satisfait de travailler pour une organisation dont ils partagent les valeurs! C’est une question de dissonance cognitive!

On comprend alors que ces notions de qualité de vie au travail et de responsabilité sociale sont indissociables l’une de l’autre. Quand une responsabilité sociale de qualité est un pilier interne indispensable pour une qualité de vie au travail, une qualité de vie au travail réussie, c’est en partie, un projet de responsabilité sociale aboutie. Et pour les services de communication, n’est-ce pas du pain béni? Des salariés heureux ne sont-ils pas les meilleurs ambassadeurs pour créer une bonne image de marque de l’entreprise, et ce, à moindre coût et sans mensonges?

En bref, la responsabilité sociale, ce n’est pas que pour les écolos, la qualité de vie au travail, ce n’est pas que pour les syndicalistes,  et le monde de l’entreprise, ce n’est pas que les petites affaires de certains.

Pour réagir sur notre forum, cliquer ici

Laisser un commentaire